Childs hand min

 

Informations pratiques principales

Défense des Enfants International (DEI) – Belgique, en collaboration avec Jeunesse & Droit, organise régulièrement des formations sur les droits de l’enfant.

Pour les formations en collaboration avec Jeunesse & Droit

  • Les inscriptions se font par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Nos formations sont agréées par AVOCATS.BE, chaque jour de formation donne droit à 6 points juridiques.
  • Des formations "à la carte" sur des thématiques spécifiques peuvent être organisées à la demande.

Les prochaines formations

Voici la liste des formations données par DEI en collaboration avec Jeunesse & Droit pour l'année 2024 

Le droit de l’enfant à une éducation non violente (1 jour)

DATE : mardi 9 avril 2024 (passée)

FORMATRICE : Anna Rodriguez

  • Via une approche combinant droit, sociologie et psychologie, la formation examinera les comportements adoptés pour punir un enfant. De manière constructive, elle suscitera le débat sur l’utilisation des « violences dites éducatives ordinaires » (VDEO), arguments à l’appui avec toute la nuance requise, l’objectif étant de permettre aux participant·e·s de déconstruire les stéréotypes et de contribuer autant que possible à l’évolution des mentalités sur cette délicate question.
  • Nous nous pencherons aussi sur l’ampleur des VDEO en Belgique et les pratiques de la société belge: quels sont les comportements les plus souvent adoptés pour punir un enfant ? Quelles sanctions les belges ont-ils majoritairement subi ? Savent-ils·elles ce que la loi interdit ou non ? Seraient-ils·elles favorables à une évolution juridique ?
  • Nous verrons aussi quelles sont les conséquences, à court et à long terme, sur le développement de l’enfant et nous démystifierons «l’éducation bienveillante» en dotant les participant·e·s d’outils concrets.µ

>> Plus d'infos & inscriptions

La justice adaptée aux enfants (1 jour)

DATE : mardi 23 avril 2024 - reportée à l'automne, plus d'informations vous seront transmises prochainement. 

FORMATEUR : Mariama Diallo & Lotte Buekenhout

  • Le Conseil de l’Europe a adopté en 2010 des « Lignes directrices sur une justice adaptée aux enfants » destinées à améliorer leur accès à leur prise en charge par la justice. Nous décortiquerons leur contenu et analyserons leur application et portée dans le contexte belge pour voir quelle mesure notre pays les respecte ou s’il y a matière à améliorations en ce qui concerne les principaux éléments de cette approche : Information et conseils ; Protection de la vie privée et familiale ; Sécurité ; Formation des professionnels ; Approche multidisciplinaire ; Privation de liberté.
  • A travers divers exercices, les participant·e·s réfléchiront aux systèmes de justice en se mettant « dans la peau d’un enfant », en analysant des situations réelles ou fictives.
  • Au terme de cette formation, les participant·e·s auront une connaissance approfondie de ces lignes directrices et seront à même de questionner leur pratique et le fonctionnement du système de justice pour s’assurer qu’ils sont adaptés aux enfants.

>> Plus d'infos & inscriptions

Droits de l’enfant : les mécanismes de contrôle internationaux (1 jour)

DATE : mardi 11 juin 2024

FORMATRICE : Anne-Catherine Rasson, docteure en sciences juridiques, maîtresse de conférences à l'UNamur et chargée d’enseignement à l'UCLouvain (Saint-Louis Bruxelles).

  • La Belgique est partie à de nombreuses Conventions internationales de protection des droits fondamentaux (notamment la Convention relative aux droits de l’enfant, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Charte Sociale Européenne...).
  • Tous ces textes que notre pays s’est engagé à respecter devraient permettre de protéger les droits fondamentaux des personnes, et en particulier des enfants, en Belgique. Si les droits protégés ne sont pas respectés, plusieurs mécanismes internationaux permettent d’agir pour qu’ils soient mieux mis en œuvre : introduire une communication individuelle auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, ou faire usage d’autres processus (rapportage, plainte individuelle, plainte collective, mécanismes d’enquêtes etc.) auprès d’autres Comités des Nations Unies, de la Cour européenne des droits de l’Homme, de la Cour de Justice de l’Union européenne, du Comité des droits sociaux du Conseil de l’Europe, de mécanismes spéciaux des Nations Unies …
  • Ces mécanismes peuvent être utilisés pour défendre les droits d’un enfant dans une situation particulière et pour dénoncer et faire bouger les lignes dans des cas de violations systémiques. Ainsi, connaitre et maitriser ces outils sera utile à des avocat·e·s, des travailleurs·euses sociales·aux, des travailleurs·euses d’ONG…

>> Plus d'infos & inscriptions

Comprendre et faire face aux comportements prostitutionnels de mineur.es (1 jour)

DATES : mardi 20 juin 2024
FORMATRICE : Emmanuelle Vacher

  • L’exploitation et la traite des enfants sont indissociables. Quel est exactement leur lien ? Sontelles toutes deux punissables ? Le Code pénal définit la traite des êtres humains comme : le fait de recruter, de transporter, de transférer, d’héberger, d’accueillir une personne, de passer ou de transférer le contrôle exercé sur elle dans un but d’exploitation (article 433quinquies). La traite des enfants en Belgique est un phénomène mal connu au vu du petit nombre de victimes annuelles identifiées. Néanmoins, c’est une violation des droits de lorsque les enfants les plus élémentaires, comme en particulier le droit à la protection contre toute forme de violence. Même si la Belgique est considérée comme pionnière dans la lutte contre la traite des êtres humains (TEH), il reste encore des lacunes dans la protection des enfants. 

>> Plus d'infos & inscriptions

Enfance, migration et violences (2 jours)

DATES : mardi 25 et jeudi 27 juin 2024

FORMATRICE : Emmanuelle Vacher

  • Les enfants en migration subissent des violences dans le pays d’origine et pendant leur trajet migratoire, dans les pays de transit ou de destination, parfois du fait de l’attitude des autorités d’accueil, de contrôle des frontières, des instances d’asile. Les violences sont physiques, psychologiques, verbales, sexuelles et/ou dues à des formes de négligence.
  • La recherche montre que les professionnel·le·s se sentent souvent peu outillé·e·s lorsqu’il s’agit de prévenir les violences, d’identifier les victimes et de s’assurer qu’elles puissent bénéficier du soutien médical, psychologique, juridique ou social dont elles ont besoin.

>> Plus d'infos & inscriptions

L’enfant privé.e de son milieu familial : comment faire respecter ses droits ? (1 jour)

DATES : mardi 5 novembre 2024

FORMATEUR : Benoît Van Keirsbilck

  • Un·e enfant peut être privé·e de son milieu familial dans diverses situations : suite à une mesure d’aide à la jeunesse (volontaire ou contrainte), de protection de la jeunesse (placement en Institution Publique de Protection de la Jeunesse IPPJ ou dans une institution privée), ou à des mesures d’aide et de protection pour enfants porteurs·euses de handicap, ayant des troubles de santé mentale ou étant en situation de migration. Quels droits spécifiques sont applicables à ces enfants ? Comment les faire respecter et permettre aux enfants de participer à tous les stades des décisions qui les concernent ? C’est à ces questions que tentera de répondre cette formation d’un jour.

La justice restauratrice en faveur des mineurs (1 jour)

DATE : mardi 17 décembre 2024

FORMATRICES : Géraldine Mathieu et Catherine Piron

  • La finalité de la justice restauratrice est de permettre aux gens de voir le monde et la société d’une autre manière, d’impulser de l’innovation pour qu’ils apprennent à communiquer. Elle met en avant non pas la répression mais la prise de conscience du mal causé et de ses conséquences pour restaurer un dialogue entre toutes les parties impliquées. Force est toutefois de constater qu’elle reste méconnue et trop peu utilisée. Elle n’est souvent pas perçue comme une « vraie justice ».
  • Cette formation vise donc à informer et sensibiliser à ce mode de justice pour ce qui concerne les enfants (mineur·e·s), à mieux comprendre les enjeux et son intérêt tant pour l’auteur de l’infraction que pour la victime et la société dans son ensemble. Il s’agira aussi de réfléchir au lien entre la justice restauratrice, et la notion de « justice adaptée aux enfants » et les droits de l’enfant en général.