DEI Belgique / Blog / Communiqué - Le mouvement de Défense des Enfants International appelle à l’imputabilité et à la protection accrue des enfants palestiniens

 

 

Capture palestine

 

 

Le mouvement de Défense des Enfants International appelle à l’imputabilité et à la protection accrue des enfants palestiniens

 

 

 

Le Mouvement de Défense des Enfants International (DEI) condamne toute forme de violence faite aux enfants. Pas moins de 230 palestiniens ont été tués à Gaza et en Cisjordanie depuis le 10 mai dernier, dont plus de 67 enfants à Gaza et 3 enfants en Cisjordanie, selon les rapports de Défense des Enfants International – Palestine (DEI-P). D’après le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), ce sont plus de 8 130 palestiniens qui ont été blessés, dont 540 enfants à Gaza et 210 enfants en Cisjordanie.

Plus de 77 000 personnes déplacées à l’intérieur du territoire ont cherché refuge dans 58 écoles de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de la Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à travers la bande de Gaza. La vaste majorité de ces personnes auront la possibilité de rentrer chez eux à la suite du cessez-le-feu, ce qui ne sera pas le cas pour près de 1 000 personnes dont le domicile a été gravement détérioré voire détruit, selon le dernier rapport du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (BCAH) datant du 21 mai 2021.

Les forces israéliennes ont ciblé des infrastructures essentielles incluant sans toutefois s’y limiter: des bâtiments, des logements et des commerces ainsi que les routes menant vers les deux hôpitaux principaux de la bande de Gaza, ayant ainsi pour conséquence une réduction additionnelle de l’accès public aux services essentiels, selon le BCAH (21 mai 2021).

Gaza est soumise au blocus des autorités israéliennes depuis 2007, ce qui implique des sanctions à l’encontre des personnes vivant à Gaza, des restrictions à la liberté de circuler ainsi qu’un blocus maritime et aérien. Ces restrictions ont d’ailleurs entraîné la dégradation des conditions de vie en limitant ainsi l’accès à la nourriture, aux soins médicaux et au carburant.

Les attaques récentes à l’encontre du peuple palestinien de Cisjordanie et de Gaza font suite à plusieurs semaines de tensions croissantes lorsque des colonisateurs israéliens, avec le soutien du gouvernement israélien, ont entrepris d’expulser les Palestiniens du quartier de Sheikh Jarrah dans la région occupée de Jérusalem-Est. Les manifestations menées par les Palestiniens en réponse à ces expulsions envisagées ont suscité des violences approuvées par l’Etat, notamment lorsque la police israélienne et la police paramilitaire des frontières font usage de forces excessives et disproportionnées à l’encontre des manifestants palestiniens.

Les attaques répétées des militaires israéliens et le mépris total d’Israël envers le droit international sont venus entraver tout effort significatif dans la mise en place d’une protection approfondie pour les enfants palestiniens. La communauté internationale doit exiger la fin des attaques militaires illégales perpétrées par Israël et de l’impunité systémique en enquêtant sur les allégations de crimes de guerre et en tenant les auteurs responsables.

Bien qu’un cessez-le-feu ait été déclaré vendredi 21 mai 2021 à 2h00 du matin, le blocus sur Gaza n’a pas été levé et les violences perpétrées à l’encontre des manifestants en territoire occupé de Jérusalem-Est et en Cisjordanie n’ont pas cessé. Par conséquent, Défense des Enfants International demande instamment des efforts concertés pour mettre fin à ce cercle vicieux des violations des droits humains perpétrées par Israël.

Afin de mettre fin à l’impunité systémique et de renforcer la protection des enfants, Défense des Enfants International exhorte les membres du Conseil des Droits de l’Homme et du Conseil de Sécurité, ainsi que tous les pays membres de l’ONU à :

  • Prendre des mesures urgentes pour faire en sorte que les auteurs de violations répondent de leurs actes, en soutenant les efforts de la Cour pénale internationale et en assurant l’exécution des obligations en vertu des Conventions de Genève ou du Statut de Rome dans l’exercice de juridiction pénale, et l’arrestation de personnes présumées avoir commis ou ordonné des crimes internationaux.
  • Exiger qu’Israël mette fin à son système d’apartheid et à ses attaques militaires contre les civils palestiniens à Gaza et en Cisjordanie.
    Exiger qu’Israël mette fin à son occupation militaire prolongée des territoires palestiniens ainsi qu’à ses 14 années de siège dans la bande de Gaza, une forme de punition collective interdite par le droit international.
  • Exiger que les Nations Unies et la société civile internationale prennent des mesures immédiates pour fournir abri, assistance et des soins du trauma, y compris un soutien psychosocial renforcé aux enfants et à leurs familles victimes des attaques israéliennes sur Gaza.

 

 

Pour plus d’informations :

Khaled Quzmar, +970 569 469 383, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Alex Kamarotos, +336 07 02 86 41 or +41 76 625 82 44, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Télécharger au format PDF 

applicationpdf 103614