La cour Pénale Internationale existe : compétences, défis et résistances


Dans son discours, le 17 mars 2003, jour où les 18 juges de la nouvelle Cour pénale internationale (CPI) ont prêté serment, le Secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, insiste sur le caractère historique de l’entrée en vigueur de la Cour. “ Elle réaffirme le rôle pivot du droit dans les relations internationales. Mettre un terme à l”impunité des auteurs de crimes les plus graves c’est concourir ainsi à la prévention de nouveaux crimes. Et pourtant, il nous a fallu 50 ans pour nous mettre d’accord sur la forme à donner à cette cour et sur l’étendue de ses pouvoirs ”.

Extrait de la Nouvelle Tribune internationale des droits de l’enfant, n°3, septembre 2003, pp. 2-7