La RTBF dans la manipulation


Pour annoncer une émission consacrée à « l’insécurité » programmée le 15 février, la RTBF a diffusé sur son site une “Enquête-express : 5 questions sur l’avenir de la Belgique” en affirmant vouloir aborder ce thème « sans tabous ni angélisme ».

Les questions posées pour présenter cette émission sont à première vue banales et on ne peut y répondre que par “oui, non ou sans avis” :

  • L’insécurité vous préoccupe-t-elle ?
  • L’insécurité est-elle liée à la crise économique ?
  • Faut-il abaisser la majorité pénale à 16 ans ?
  • Les parents de jeunes délinquants doivent-ils être considérés comme coresponsables ?
  • Les partis se préoccupent-ils suffisamment des problèmes d’insécurité dans leurs programmes ?

Cependant derrière cette apparente banalité, de nombreuses questions se posent.

  • Un titre trompeur : 5 questions sur l’avenir de la Belgique

On s’attendrait à des questions sur les négociations communautaires, la scission de BHV ou de la sécurité sociale. Absolument pas ! Il s’agit d’interroger les internautes sur ... l’insécurité.

  • Des intentions peu claires

S’agit-il d’une « simple » promotion pour cette émission ou ont-ils l’intention d’en tirer des enseignements pour alimenter le débat ? Sous des dehors pseudo scientifiques, ce sondage ne peut révéler aucun enseignement. Que peut-on dire si 82% des sondés estiment qu’il faut abaisser l’âge de la majorité pénale ? Que 98% des sondés trouvent que les partis ne se préoccupent pas assez de l’insécurité ? Et après ? La RTBF va-t-elle se saisir de cette pseudoscientificité pour réclamer des politiques plus répressives ?

Qui va répondre à ce sondage ? Il est plus que vraisemblable que ce sera les mêmes personnes qui, cachés derrière un pseudonyme, prennent le temps de déposer des commentaires sur les sites des journaux : des propos de « café du commerce » qui en disent long … sur l’état d’esprit des commentateurs.

  • Une démarche dangereuse et malhonnête

Elle est malhonnête parce qu’elle ne définit pas de quelle insécurité elle parle. S’agit-il de l’insécurité d’emploi ? De la pauvreté qui crée une insécurité d’existence pour nombre de compatriotes ? Du sentiment d’insécurité qu’éprouvent de nombreuses personnes face à une certaine violence et des faits de délinquance ? De l’insécurité routière ?

Elle est aussi malhonnête parce qu’emplie d’amalgames : le sondage suggère que l’insécurité est nécessairement le fait de jeunes délinquants ; de plus, la succession des questions amène implicitement à une « solution » : l’abaissement de la majorité pénale et la responsabilisation des parents vont régler ces problèmes d’insécurité.

Elle est aussi dangereuse parce qu’on sait que le thème est éminemment sensible et qu’il requiert nuances, doigté et pédagogie. Et surtout parce qu’il est le thème de prédilection des partis d’extrême droite à qui on offre ainsi une tribune gratuite.

Ce sondage et la manière dont il risque d’être utilisé font craindre le pire pour l’émission annoncée. La RTBF qui est pourtant capable du meilleur (pensons à l’émission consacrée la semaine dernière aux IPPJ), serait-elle aussi capable du pire ?

Nous demandons en tous cas au Conseil d’administration et la direction de la RTBF de retirer immédiatement ce sondage en reconnaissant qu’ils ont commis une faute grave et de veiller à traiter cette question de manière intelligente, sensible, pédagogique et dans le respect de la déontologie journalistique.

Benoit Van Keirsbilck