Journée de l’enfant africain : quels défis pour l’Afrique ?


Le 16 juin a été instauré comme la journée de l’enfant africain par l’Union africaine en hommage au massacre des enfants de Soweto par le régime de l’apartheid.

En juin 1976, les adolescentes de la « banlieue noire » de Johannesburg ont envahis les rues pour protester contre le système éducationnel qui les forçait notamment à suivre les cours dans une langue autre que la leur, en afrikaans. La police a ouvert le feu ; environ 25 adolescents ont perdu la vie…

Aujourd’hui, presque 40 ans plus tard, l’éducation fait toujours partie des principaux défis auxquels l’Afrique fait face. Selon Abdul Manaff Kemokai, Directeur de Défense des Enfants International – Sierra Leone, la violence devrait disparaître du paysage éducationnel : « Les châtiments corporels encouragent l’absentéisme et découragent l’assistance aux cours ». DEI – Sierra Leone et plusieurs autres organisations travaillent sur le terrain pour combattre la violence sexuelle et le harcèlement au sein de l’école. Des formations et des séances d’informations sont organisées afin de contrôler, prévenir et répondre au problème. Discuter de la violence permet de la démystifier et de trouver des solutions.

Abdul Manaff Kemokai insiste également sur le rôle important que tiennent les ONG dans la lutte contre la violence. Les autorités devraient encourager les écoles à renforcer leur collaboration avec les organisations présentes sur le terrain.