Communiqué de presse : La détention des enfants migrants : le Gouvernement belge une nouvelle fois tancé par une juridiction

Le Conseil d’Etat vient de donner raison à UNICEF Belgique, Défense des Enfants-International-Belgique, la Ligue des droits de l’Homme, Jesuit Refugee Service-Belgium, le Service droit des jeunes de Bruxelles, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, CIRE (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers) et la Plate-forme Mineurs en exil, en rappelant que l’Office des étrangers ne peut détenir en centre fermé, à n’importe quelles conditions, une famille avec enfants mineurs.

En particulier, la haute juridiction administrative annule certaines dispositions d’un arrêté royal parce qu’il autorise la détention d’un seul membre d’une famille avec enfants mineurs, prenant cette personne en otage pour faciliter l’éloignement de la famille, et parce qu’il permet de détenir toute une famille dans un centre fermé, sans préciser de quelle manière ce centre serait adapté aux besoins des enfants.

Les huit associations qui ont introduit ce recours se réjouissent de ce « rappel à l’ordre » et demandent à l’Etat belge de renoncer une fois pour toutes à toute forme de détention d’enfants en raison de leur statut migratoire ou de leur statut de séjour, puisque cette pratique contrevient grandement aux droits fondamentaux des enfants et entraîne pour eux un préjudice considérable. Leurs droits sont inscrits dans la Convention relative aux droits de l’enfant, à laquelle tous les pays d’Europe sont parties. L’intérêt supérieur de l’enfant doit donc être la première considération dans toute décision concernant une famille comprenant un enfant mineur, quel que soit son statut migratoire.