La justice des mineurs

Les enfants peuvent être confrontés, souvent malgré eux, au système de justice, en tant que victimes, de témoins ou même d’auteurs d’infractions. Ils peuvent aussi être amenés à donner leur avis dans des litiges qui opposent leurs proches ou de devoir s’exprimer sur des questions qui les concernent personnellement. Bref, les enfants sont concernés par le fonctionnement de cette « grosse machine » qu’est l’institution judiciaire. Pourtant, celle-ci est rarement adaptée à la situation des enfants qui sont bien souvent en position de faiblesse, peuvent être impressionnés ou intimidés, et surtout ne pas comprendre ce qui ce passe, ce qu’on leur veut.

DEI-Belgique travaille donc pour que la justice soit plus accessible pour les enfants, qu’ils comprennent mieux ce qui s’y passe et qu’ils puissent y recourir le jour où leurs droits ne sont pas respectés. De la même manière, nous agissons pour que la justice soit spécialisée et adaptée quand ils commettent des délits et qu’ils doivent ainsi « rendre compte de leurs actes » devant un tribunal. Les normes internationales prévoient que la justice des mineurs soit différente de la justice des adultes, qu’elle ait une visée éducative, permette la réintégration du jeune dans la société et que les procédures soient également spécifiques. Un enfant ne peut pas être jugé de la même manière qu’un adulte, ça tombe sous le sens mais ce n’est pas toujours le cas.

DEI-Belgique participe donc à l’analyse des systèmes et procédures, formule des propositions, participe à la formation des acteurs et interpelle s’il y a lieu sur des dysfonctionnements. Au besoin, nous agissons en justice si des lois ou des pratiques sont contraires aux normes internationales.