Outil pédagogique - CHATIMENTS CORPORELS Non, ce n’est pas pour son bien !


Alors que 46 pays dans le monde, dont 19 pays membres de l’Union européenne , ont expressément interdit tous les châtiments corporels et autres formes de traitements dégradants à l’égard des enfants dans la loi et que des dizaines d’autres se sont engagés à le faire, la Belgique fait figure de retardataire. Ce, malgré un rappel du Comité des droits sociaux du 20 janvier 2015, qui considère, pour la deuxième fois, que la législation belge ne protège pas suffisamment les enfants en ce qu’elle n’interdit pas explicitement les châtiments corporels dans tous les milieux, et en particulier dans la famille.

Pour consulter cet outil rendez-vous ici