L’enfermement des enfants, aujourd’hui et demain - Faut-il priver de liberté pour éduquer à la liberté ?


Sixième Journée d’étude DEI-France (bulletin d’inscription en attaché) 18 novembre 2006 - 9h à 17h - Assemblée nationale - 126, rue de l’Université 75007 Paris

DEI-France s’associe à la campagne internationale de DEI « Pas d’enfants derrière les barreaux » visant à réduire de 50% la population des mineurs détenus dans le monde. Elle souhaite introduire en France le débat sur la réduction de l’enfermement des mineurs et interpeller le gouvernement en consacrant sa journée d’études à la situation des mineurs enfermés pour avoir commis des faits réprimés par la loi pénale (même s’il ne faut pas oublier que d’autres situations d’enfermement existent : mineurs étrangers maintenus dans les zones d’attente ou les centres de rétention, enfants enfermés dans des structures psychiatriques.)

La politique énoncée par les gouvernements depuis 2002 prétend réduire la délinquance des mineurs par un recours plus systématique aux mesures de contention. Les deux mesures « phares » sont la création des « centres éducatifs fermés » (CEF), qui, selon la terminologie paradoxale contenue dans la loi, doivent demeurer « ouverts » et l’ouverture dès 2007 des « établissements pénitentiaires pour mineurs » (EPM).

Il apparaît indispensable à DEI-France de se poser un certain nombre de questions :

  • l’enfermement est-il une réponse éducative à la délinquance des enfants ?
  • Peut-il y avoir une action éducative dans un lieu d’enfermement ?
  • Quid des droits de l’enfant dans le cadre de la contention ?
  • Quelles alternatives à l’enfermement ?

Rens. : 41 rue de la République 93200 St Denis - www.dei-france.org, tel. 01 48 30 81 98, contact chez dei-france.org